Malik Djoudi

Aucune représentation prévue pour l'instant

Malik Djoudi compose indifféremment à la guitare ou au clavier. Les accords, les mélodies, les harmonies sont le moteur de sa création.

Ni vraiment musique de club, ni simplement variété française, Malik Djoudi trace une chanson électronique qui réconcilie pop synthétique des années 80 et histoires d’opérations à coeur ouvert. Grand ouvert, quand un amoureux transi demande à une jolie fille de lui laisser « le temps d’apprendre tous les codes chics pour faire l’Américain », ou qu’il frime en Cadillac à Saint-Malo pour se donner de la contenance. Très grand ouvert quand il avoue « se surprendre à pleurer au cinéma ». Trop grand ouvert quand il doit affronter l’avancée du temps, la complexité des relations amoureuses…

Si Malik Djoudi a attendu ses 37 ans pour cette déclaration et le grand saut en français dans le texte, le Poitevin n’en est pas à son coup d’essai. Musicien autodidacte, il côtoie Klaus Blasquiz (Magma) pour des cours de chant à l’Atla (Ecole des Musiques Actuelles). Depuis sa ville de Poitiers, il composera pour la télévision, la publicité et le cinéma. En tant qu’auteur, compositeur et chanteur en anglais, il conduira plusieurs groupes pop-rock comme Moon Pallas, Alan Cock et Kim Tim. Avec eux, il a aussi mis en musique plusieurs pièces de Pierre Rigal, dont l’opéra-rock « Micro », ainsi que des créations de la chorégraphe Sabine Molenaar.

Dans un paysage hexagonal foisonnant, où l’émulation joue à plein entre les intéressés, Malik Djoudi partage des affinités électives avec Étienne Daho, Frànçois & The Atlas Mountains ou encore Flavien Berger. Comptant parmi les meilleurs ambassadeurs de la pop francophone, Malik Djoudi affirme sa belle singularité, son magnétisme touchant et sa voix unique, faisant déjà de lui un chanteur moderne et important de l’époque.

Lire la suite
Vous aimerez aussi
INFOS CORONAVIRUS