Katerine

Aucune représentation prévue pour l'instant

Chanteur fantaisiste parfois grave, serial killer contrarié et mélodadaïste qui ne fait de mal qu'aux hérissons

En 2010, Katerine posait entouré de ses parents sur l'album qui portait son nom. Aujourd'hui, il y a quelqu'un en moins sur la photo, et tout est dit dans Papa de cette disparition et de ces drôles d'envies de meurtre qu'elle aura fait éclore. Heureusement, à la place ce sont des chansons qui ont jailli. C'est un disque/film singulier et pourtant tout Katerine est là, concentré et décontracté. Sa tendresse pour les chansonniers oubliés d'avant pop, voire pour la mélodie française d'avant guerre de 14, son goût pour Trenet lorsqu'il s'écarquille le regard d'un rien, d'un chien ou d'un chiendent, sa connaissance pointilleuse des chansons de la Nouvelle Vague, d'Anna Karina et de Serge Rezvani dont il retrouve à merveille l'indolence joyeuse et l'insouciance fantasque, sa propre histoire enchantée sans cesse réinventée.

Lire la suite
Vous aimerez aussi
Annulation définitive du concert des Cranberries prévu initialement samedi 10 juin au Théâtre du Léman, Genève. Les billets sont remboursables jusqu’au lundi 17 juillet 2017 inclus.